[Écrits] Inspirations

Bonjour,

Nouvel article qui sera épinglé.

Des textes écrits comme ça… en inspiration spontanée.

Conscience ~ Écrit le 12 novembre 2017

La prise de conscience de notre être n’est pas chose facile…

Un travail sur soi difficile

Une envie d’évoluer

Le besoin d’aider.

Mais avant ça, il faut comprendre

Et surtout apprendre.

Notre place, ici, sur terre

N’est surtout pas à prendre à la légère.

Il faut croire en l’Homme

Il faut rêver en Homme.

Être de lumière qui sommeille en moi

S’il te plaît Éveille-toi

Montre moi le chemin

Afin que je me sente bien

Être de lumière montre toi

Et crois en moi.

Je suis toi

Et tu es moi

Ensemble nous sommes un.

Je suis lumière

Je suis un

Unique et fière

Je suis moi.

Je ne baisse pas les bras.

Regarde~ Écrit le 21 décembre 2017

Regarde autour de toi,

Ecoute ce qui se passe

Vois, apprends et surpasse-toi

Ne te crois pas dans une impasse.

Bien que parfois il est plus facile de rester là

A attendre que tout arrive enfin

Mais pourquoi?

Tu aime ça

Attendre que tout arrive comme du « tout cuit?

Personnellement non.

Je préfère l’action

Je suis patiente oui

J’attends comme toi

Mais moi je provoque les choses

Car il faut bien avancer….

Qu’en penses-tu ?

Restes-tu ici à regarder la feuille tomber ?

Restes-tu là à attendre que tout arrive?

Provoque un peu les choses.

Prends confiance en toi et surtout

Crois en TOI.

Rien ne peut bouger si tu ne fais pas le premier pas.

Publicités
Publié dans Écrits, Imagination | Tagué , , , , | 2 commentaires

Désolé de l’absence…

Bonjour,

Désolé de l’absence. Je n’ai pas trop le temps d’écrire en ce moment. Les idées sont là et les brouillons pour poser mes idées aussi.

C’est juste un manque de temps.

Je pense aussi créer un autre blog plus en lien avec Ma seconde page Facebook l’instant de l’éveil.

Et également j’ai en projet d’écrire des creepypastas.

A très vite

Publié dans Écrits | Laisser un commentaire

[Sortie] Dans Paris…

Aujourd’hui petit visite au salon bien-être médecine douce et Thalasso.

Pour une fois j’ai fait quelques photos…

Et quelques achats 😁

Publié dans Écrits | Laisser un commentaire

Salon zen 

Bonjour, 

Juste pour vous dire que je serais au salon zen porte de champeret qui aura lieu du 28 septembre au 2 octobre 2017.

Je pense y aller le Dimanche avec mon chéri et des amies.

J’aime bien y aller car je trouve toujours des petites choses sympa. 

Il y a de nombreux exposant chez qui j’y ai mes habitudes mais bon eux ne se souviennent rarement de moi. Normal vu le nombre de personnes qu’ils voient chaque jours.
Pour plus d’info regardez le lien suivant: https://www.salon-zen.fr/

N’oubliez pas de télécharger votre entrée gratuite. 

Publié dans Écrits | Tagué , , | Laisser un commentaire

Changement- Evolution

Un changement est toujours bénéfique quoiqu’il arrive.

Il ne peut faire que du bien peu importe notre situation car il nous force à réfléchir sur ce qui nous entoure et aussi sur nous-même.

Lire la suite

Publié dans Écrits, Espoir, free style, Non classé, Vérité | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Inspiration musicale

Nous sommes le dimanche 25 juin 2017. (cet article est publié bien après  surtout après les deux maj que je viens de faire)

 

 

Alors que je suis entrain de faire la mise à jour de mes deux histoires: Les Gardiens et [R]Eveille-toi , j’écoute une belle et douce mélodie qui semble m’inspirer. Je vous laisse la  découvrir en cliquant ici.

C’est assez agréable et me donne envie de voyager, que cela soit en moi ou dans le onde.J’ai envie de faire pleins de chose avec cette musique. Je me sent un peu libre, je me sent inspirer et j’ai envie d’accomplir quelque chose de formidable.. à mon niveau. Je pense que je vais juste sourire à la vie et continuer d’avancer et de faire mon  chemin sur ce petit monde et continuer à remplir mon blog et mon instagram de mes petits bouts de vie, de mon #Monuniversfragmentés

Publié dans Écrits | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Les Gardiens

[Avant toute chose, ce que vous allez voir ici est du déjà vu… j’ai décidé de renommer cette histoire et de la faire en un seul bloc afin de garder une certaine continuité et cohérence. En fait cela évolue par petit chapitre et c’est bien mieux ainsi…

Bien à vous, Adeline] 

Assise sur un banc je regarde le paysage si calme et tranquille…

59c5e562.png

Observant les oiseaux qui volent dans le ciel bleu azur, je m’imagine être l’un deux. Je me vois en train de voler. Je ferme les yeux et je rêve. Je sens le vent s’engouffrer dans mes ailes et me porter. Je vole au travers des nuages, voulant jouer avec eux. Oui c’est un jeu, traverser un nuage à toute vitesse, ressentir le froid qu’il y a dedans. S’arrêter de battre des ailes et se laisser planer doucement, se laisser porter par le vent qui fouette mes plumes et qui les caressent.

Se sentir légère, si légère, fermer les yeux et rêver de liberté. Les rouvrir et me sentir assise sur le banc un sourire aux lèvres. Regarder de nouveau le ciel et sentir la brise sur mon visage.

Me lever et continuer ma journée, retourner dans le monastère et prier puis m’entrainer, attendre… encore. Attendre que le messager arrive pour qu’il me confie une mission qu’aucune autre personne ne puisse accomplir. Un cas difficile, comme toujours …

Le voilà qui arrive, je le sens dans le changement du vent…

 

Le vent souffle de manière différente quand il s’approche du monastère.

Je retourne à l’intérieur pour l’accueillir.

Il est déjà là… je le sens qui s’engouffre dans mes cheveux, délicatement il me frôle la joue. Je souris. Je suis contente qu’il soit là car je m’ennuie en ce moment. Il souffle doucement au creux de mon cou. Puis un murmure me vient aux oreilles comme un souffle léger et chaud.

-« Voici ton ordre de mission mon enfant » souffle le messager. Et il continue ses chuchotements me transmettant le lieu, l’époque, la cible et comme à chaque fois:

-« Comme d’habitude l’équilibre doit être parfaitement maintenu. Alors fais attention  et surtout cette fois-ci revient sans égratignures. »

L’air autour de moi se fait léger et plus doux. Il tourne tout autour de moi puis il s’en va. Je souris. Il a eu vent de ce qui m’est arrivée la dernière fois: une petite « égratignure » me traversant la poitrine qui m’a valu un coma de 4 jours entrecoupé de hurlements et délires nocturne…

Le messager fait d’air disparaît. Je n’ai plus qu’à aller me préparer. D’après ce qu’il m’a dit cela risque de ne pas être facile et peut-être un peu dangereux…

Aujourd’hui, comme chaque jour j’ai ma petite séance d’entrainement suivit de méditations et aussi de renforcement musculaire.

Aujourd’hui je révise aussi les formules que j’ai apprit il y a bien longtemps pour passer inaperçu, me faufiler sans bruit et surtout pour revenir ici. La dernière fois je suis arrivée  15km en contre bas du monastère. Je m’étais trompée dans les coordonnées…

J’affûte mes lames avec précision et grande attention, je vérifie  et fais mon paquetage avec minutie. C’est une sorte de rituel… je prépare mes vêtements et les armes que je vais porter sur moi. Il est temps pour moi de profiter d’un moment de détente et de faire un brin de toilette avant toute chose. Les autres autour de moi savent que je dois partir et chuchotent entre eux se demandant qu’elle est cette mission où on à besoin de moi et pas d’eux. Ils se croient capables d’y arriver à ma place.  Je les entends discuter à ce sujet, parfois je les envie, ils ont des missions faciles, trop faciles même… J’étais comme eux au début, je voulais être de toutes les batailles, prouver ma valeur et de quoi je suis capable. Et puis le jour est venu pour de la faire, personne n’avait réussi. Comme-si j’étais la roue de secours… et j’ai réussi là ou tout le monde avait échoué. J’ai détruit ce mal impur et sanguinaires, non sans mal il va de soit. Mais j’ai réussi et c’est ce qui compte. Désormais je suis là ou je voulais être. Avec force et acharnement j’y suis parvenue. Je suis fière de moi et de ce que j’ai accompli.

Mes élèves me demande de leur raconter à chaque fois cette histoire…  mais aujourd’hui je n’ai pas le temps. Ils m’apportent juste de quoi manger pour la route et les quelques jours à venir. Ils me souhaitent bonne chance et me prie de revenir en un seul morceau.

Je m’approche de la porte… je lève la tête et je le vois… il m’attend… non, comme toujours il me fait signe de la main. Dommage, il était bien plus expressif hier soir… Mais c’est ainsi. Il le préfère et moi aussi. Cela nous évite les petites remarques des autres.

 

Bon allé il est temps pour moi… Un énorme tigre blanc me rejoint et se place à ma droite, je pose la main sur sa tête et le regarde. on se sourit

Nous sommes prêt!!

tigre-sibrien-28903924

 

Mon ami à 4 pattes et moi marchons tranquillement dans la neige.

Nous venons de partir du sanctuaire. nous savons ou nous devons aller et nous n’avons pas le droit d’utiliser la magie pour nous déplacer plus rapidement. Telle est l’une des règles du monastère. De toute façon on doit prendre un portail temporel et y aller avec la magie ce n’est pas drôle du tout mais vraiment pas.

Le chemin commence à être un peut escarpé, je monte sur le dos de mon tigre, avec son accord bien entendu, et il commence à grimper et à se diriger où il faut. Il fait de long et haut bonds pour se diriger vers le lieu où se trouve le portail. Le chemin semble toujours des plus difficile à franchir et d’ailleurs celui qui utilise la magie ici se retrouve au point de départ pour reprendre son ascension. (c’est aussi pour cela qu’on ne peut pas utiliser de magie pour y parvenir).

A mi-parcours je descends du dos de mon ami et nous continuons ensembles la montée. Parfois il est devant parfois c’est moi … c’est épuisant en fait . Mais nous y parvenons, essoufflés et fatigués. D’autres sont là a attendre aussi pour passer ou tout simplement encourager ceux qui vont le prendre et pour d’autres faire leur business…

 

C’est à notre tour, le passeur nous regarde:

-« C’est ou cette fois-si? »

Je lui tend le morceau de papier, il le regarde et relève la tête…

-« Tu aurais pu demander un endroit plus tranquille…je sais pas moi un spa, ou quelque chose de plus reposant… »

Je lui sourit:

-« Tu sais que ce n’est pas moi qui décide… »

-« En effet. Bon fais attention à toi » dit-il en actionnant le portail vers ma destination « ce n’est pas de tout repos et j’ai pour ordre de t’envoyer quelqu’un si tu ne reviens pas dans 3 jours comme convenue ».

– « Ah oui ? qui ça ? qui t’a donné cet ordre là ? Ils ne m’ont rien dit à ce sujet ».

-« Ce n’est pas ILS mais lui » dit-il « tu sais qu’il n’aime pas quand tu fais ça »

-« Oui bah moi non plus je n’aime pas quand il part en mission mais on à pas le choix, certes les miennes sont peut-être les plus dangereuses mais  voila c’est comme ça… Je suis là seule à pouvoir le faire… j’aimerais moi aussi y aller en équipe mais pour le moment personne ne peut ou ne veut m’accompagner. »

-« C’est prêt, comme d’habitude tu fais attention en passant, tu cache bien ta présence et tes vêtements vont s’adapter quand tu t’approcheras du portail. Pas de bêtises surtout et reviens en vie. Je tiens à ma tête. »

Il sourit et j’avance. Comme à chaque fois qu’on s’approche du portail nos vêtements changent

 

img-36707444fa*Il me semble que ça à l’air adaptée pour une fois* me dis-je avec un sourire.

Et je franchi le portail. Tout semble différent quand on passe le portail… les gens, les époques, défilent à une vitesse folle et en fait on avance juste un pied devant l’autre…me voila dans une forêt assez dense. Je ne sais pas l’année mais d’après ce qu’on m’a dit ce n’est pas le présent ni le passé mais plus une sorte de futur ou machines, tradition anciennes, magie et bien d’autres encore se côtoient… Il faut juste que je fasse attention.

Je regarde mon ami. Il renifle l’air et se transforme en petit pendentif qui vient se mettre autour de mon coup sur la chaîne que je porte. Il doit sentir que pour le moment je n’ai pas besoin de lui, même s’il s’interroge sur la situation du lieu tout comme moi.

Je tente de le rassurer un peu…j’avance… je parcours quelques kilomètre dans cette forêt pour me retrouver au bord d’une route ou les voitures semblent voler à quelques centimètre de la route et où les passants marchent normalement avec de petits appareils électroniques  et des écouteurs sur la tête….

Je ne sais vraiment pas où je suis mais je sais qu’il faut que j’accomplisse ma mission avant 3 jours.

Je regarde ma boussole qui m’indique qui je dois trouver et je me mets en route. Il semblerait que je dois aller en ville. J’avoue ça tombe bien j’ai faim..  et je dois trouver mon indic temporel pour qu’il me fasse un point de la situation… Je regarde la boussole à nouveau. un point vert apparaît non loin de l’entrée de la ville. Je m’y dirige.

Tranquillement sans embrouille pour une fois. C’est étrange je me méfie. Je ne sais quoi penser. en fat je n’ai pas vraiment l’habitude que cela soit calme.

 » Hmmm enfin quelque chose de reposant qui se terminera en moins de 3 ours » dis-je à voix haute. Je sis détendue. Ce qui est rare. J’arrive devant le restaurant qui étrangement ne change pas. Toujours le même . Il doit être intemporel où c’est moi qui le voit toujours de la même manière.

J’entre, les murs sont d’une couleur assez fade, jaunes blancs défraîchi en fait. les tables et les chaises sont différentes mais c’est toujours pareil. Personnes ne range et laisse rainer leur affaire on dirait une espèce de restaurant ou ‘on mange rapidement et on part,  aucun contact humain où juste pour payer.  D’ailleurs c’est mon tour, je prend un plat de légumes avec une eau pétillante, ce qui semble le moins cher mais pourtant le plus nutritif.  Comme à chaque époque depuis quelques traversées que je fais un plat revient toujours, des espèces de bâtonnets de pomme de terres frit à la poêle ou quelque chose qui y ressemble.  Des frites, je crois que c’est le nom, ce n’est pas mauvais. Mais je préfère les légumes verts et parfois un morceau  de viande rouge. Mais là c’est toute autre chose.

 

Je m’installe à une table après avoir rempli mon assiette de légumes et frites. Je commence à manger et un homme de taille moyenne vient s’asseoir prêt de moi. il ne dit rien. Puis je l’entend parler, entre deux bouchées, dans sa serviette.

  • « Ravie de voir que c’est toi qui est envoyé ici » me dit il
  •  » Ravie de te voir on ami,  et je crois bien que ça ne va pas être de tout repos cette mission » lui répondis-je.
  • « En effet, écoute moi. Nous ne sommes pas les seuls sur la trace de l’enfant des Anges. Toi-même tu sais que ce n’est pas facile ». Il mange un peu et  moi aussi J’attends qu’il continue « Ecoute, fais attention, ça parait facile mais ça ne l’est pas. L’enfant doit être sauvé et ramener au monastère. Toi seule peut l’aider toi seule, pour le faire, à cause de ton sang »

J’acquisse et continue mon repas. je lui adresse un merci. J’en ai assez qu’on me parle de mon sang. J’ai prouvé ma valeur de nombreuses fois et je ne suis pas la seule qui à ce sang là… lui aussi d’ailleurs.

  • « Encore cette histoire de sang » lui dis-je « je te rappelle qu’il n’y a pas que moi. Lui aussi »

Un silence… un bruit de mastication, un soupir,

  • « Oui mais c’est toi la plus apte des deux »
  • « La plus apte? Tu devrais dire la plus téméraire »

Un sourire s’en suit avec un rire léger . une feuille tombe.. je la ramasse et le temps s’arrête… j’ai le temps de la lire et d’y voir ce que je dois faire. je dois retrouver l’enfant le plus vite possible et le ramener sinon la barrière entre les deux mondes disparaîtra. Mais ou le chercher? Aucun indice comme toujours… le temps repart. Je lui tend la serviette, il me remercie, se lève et part. Je rumine dans mon coin et termine mon repas. Je suis sur les nerfs mais je dois faire comme si de rien n’est  car ils peuvent me voir si je suis en colère. Ceux qui le traquent et veulent le détruire.

Je sors et parcours la ville. J’ai senti qu’on me suivait. Je fais mine de n’avoir rien vu et fait ce qu’il faut… ma touriste, je regarde les étales, achète de petites babioles histoire de… j’avance et pose quelques questions anodines pour avancer dans mes recherches. je recherche un lieu bien particulier ou je pourrais trouver l’enfant. On me suit toujours et je continue ma promenade. Je mets la main sur mon pendentif, il chauffe, je dis à mon ami à 4 pattes de se calmer un peu et que je vais essayer de les amener dans un endroit tranquille à l’abri des regards pour que nous puissions nous amuser un peu avec eux.

Le pendentif arrête de chauffer, il s’est calmé. je continue de marcher à travers la ville tout en flânant un peu et en surveillant ceux qui me suivent. Je fais mine de demander ma route à des passants. Tout en les écoutant j’inspecte les environs en me projetant astralement. C’est un peu fatigant à faire mais au final ça marche bien et on s’y habitue.

Ils sont 6 et ils ont l’air armé. Je pense que je vais bien m’amuser avec eux. Je sais qu’ils me cherchent et qu’ils font en sorte de ne pas se montrer mais ils ne savent pas à qui ils ont à faire. Je m’engage sur une large rue qui semble mener prêt d’entrepôts. J’ne repaire un qui pourrait faire affaire. J’entre dedans et sort mon appareil photo pour garder quelques souvenirs – et oui je suis une touriste, normalement – Et puis j’entends un rit gras derrière moi, ils sont enfin là. Je me retourne un peu l’air apeuré en disant que je cherche mon chemin que je suis perdue et que je prends des photos pour pouvoir me repérer par la suite, si je retrouve ma route, pas un mot de sa part pour l’instant, l’homme à l’air légèrement benêt, de taille moyenne, les cheveux brun et gras collés sur le front, une coupe de cheveux horrible.  sa tenue vestimentaire me fait penser à celle d’un mercenaire. un autre bruit derrière moi cette fois-ci c’est un homme bien mieux qui se présente à moi, il à l’air d’avoir un peu plus de cervelle… Grand blond, portant un jean large et une sorte de sweet adapter au style de cette époque. Il me sourit et me dit qu’il sait pourquoi je suis là et que lui et ses amis vont me faire ma fête. Je fais un sorte de ne pas comprendre ce qu’il me dit. Il s’approche de moi un peu plus et son pote continue de rire. 4 autres hommes approchent également et sourient tous. Leur dernier passage chez le dentiste doit dater d’au moins 10 ans … comme celui dans une douche parce que l’odeur qu’ils dégagent tous est totalement horrible. Mais je fait fit de cela et me concentre sur ce qui se passe autour. Mon pendentif chauffe encore plus, je lui dis de patienter encore un peu, pas de suite, ce n’est pas le bon moment… Je passe une main dans mon dos pour vérifier si j’ai avec moi ce qu’il faut…. et oui elle est là… douce et froide prête à jaillir au bon moment.

Publié dans Écrits, Découverte, Imagination, Méditation, Passé, Petit bout de vie, Rêverie, séries ~ nouvelles, Vent | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire